• Organisation des activités

La CUMA prend en charge les carcasses à partir de l’abattoir. Les producteurs s’occupent de la transformation de leurs produits en préparations fraîches (steaks hachés, saucisse, etc) ou en conserve (charcuterie cuite, salaison), et du conditionnement. Une prestation complète (découpe et conditionnement) peut être assurée par les bouchers salariés, si nécessaire. Le nettoyage quotidien de la salle de découpe est confié à une personne autre que les bouchers, salariée de la CUMA pour quelques heures par jour.

  • Gouvernance

La gestion de l’atelier est réalisée par quelques adhérents volontaires, qui se sont répartis les tâches (planning des découpes, gestion du personnel, approvisionnement, gestion administrative et financière, etc). Ces quelques adhérents, qui constituent le bureau, gèrent le fonctionnement de l’atelier au quotidien. Les producteurs souhaitent faire tourner les responsabilités au sein de l’atelier, mais ils sont peu nombreux à vouloir s’impliquer au quotidien. Lors de décisions importantes, l’ensemble des adhérents est convoqué.

  • Lien au territoireLa CUMA donne la possibilité aux éleveurs de commercialiser leurs produits en circuits courts, par la vente en AMAP, à la ferme, sur les marchés, en « colis » ou en « caissettes » livrés aux particuliers. La valeur ajoutée ainsi dégagée permet à leurs exploitations, pour la plupart de petite à moyenne dimension, de trouver une rentabilité qui serait difficile à obtenir par la vente en circuits longs. La CUMA participe ainsi activement au maintien du tissu agricole.